GET.invest

Fermer
Meilleurs résultats
Voir tous les résultats
Full meaning Union africaine Communauté des États sahélo-sahariens Marché commun de l'Afrique orientale et australe Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest Les investissements directs étrangers Produit intérieur brut Tarifs par tranches Fonds monétaire international Petits producteurs d'énergie indépendants Kilowatt Kilowatt heure Gaz de pétrole liquide Megawatt Pay as you go Contrat d'achat d'électricité Partenariats public-privé Standard and Poors Global Ratings Afrique subsaharienne Transmission et distribution Time of use Union économique et monétaire ouest-africaine United Nations Industrial Development Organization Taxe Sur La Valeur Ajoutee Indicateurs réglementaires de la Banque mondiale pour l'énergie durable Projection pour 2030 2017/2018 année de référence La moyenne des pays d'Afrique sub-saharienne inclut l'Afrique du Sud. Calcul pour les données de moyenne et de pays de l'Afrique sub-saharienne : Consommation totale (2016) / population totale (2016). Moyenne de l’Afrique subsaharienne: 18% Cela comprend les subventions au diesel, au kérosène et à l'essence. Les taux et les tarifs ont été convertis avec le taux de change moyen en euros en avril 2020. Taux de change disponibles depuis ec.europa.eu Les taux et les tarifs ont été convertis avec le taux de change moyen en euros en avril 2020. Taux de change disponibles depuis ec.europa.eu Les taux et les tarifs ont été convertis avec le taux de change moyen en euros en avril 2020. Taux de change disponibles depuis ec.europa.eu

Secteur de l'énergie

Aperçu de l'investissement
En moyenne, seulement 35 MW de la capacité installée totale de 82 MW du Burundi étaient opérationnels en 2019. Le taux d’électrification du pays, de 11 %, est relativement faible, tandis que la consommation d’électricité par habitant est égale à environ 10 % de la moyenne de l’Afrique subsaharienne. Les droits de douane sont, en moyenne, plus élevés que ceux pratiqués dans les pays voisins, le Kenya et la Tanzanie, et risquent d’entraver la capacité des consommateurs à payer.

La demande d'électricité devrait quadrupler entre 2018 et 2025 pour atteindre environ 250 MW, en partie grâce à une population croissante. De faibles niveaux d'électrification peuvent également contribuer à une augmentation rapide de la demande dans les années à venir, à mesure que de plus en plus de zones deviennent électrifiées. Actuellement, plus de deux millions de foyers n'ont toujours pas accès à l'électricité. Les taux d'électrification urbaine de l'ordre de 70% sont en contraste frappant avec les taux ruraux inférieurs à 5%, ce qui peut entrainer l'urbanisation et aggraver la demande croissante d'électricité. En réponse à une demande croissante, le Burundi prévoit de porter sa capacité installée à 400 MW d'ici 2030.

La participation du secteur privé dans le secteur de l’énergie au Burundi est limitée, la plupart des activités sectorielles étant concentrées dans le monopole détenu par la compagnie nationale de distribution. La loi de 2015 sur l'électricité prévoit des régimes permettant une plus grande participation du secteur privé à la production d'électricité. La transmission et la distribution restent largement réservées aux agents de l'État, et la vente d'électricité à des tiers reste interdite sauf circonstances exceptionnelles.

La centrale solaire Mabuga de 7,5 MW, développée par Gigawatt Global, a commencé à être construite en 2020 et sera le premier projet d’énergie renouvelable raccordée au réseau du pays par un IPP.

Structure

La compagnie nationale au Burundi, via la Régie de Production et de Distribution de l'Eau et de l'Électricité (REGIDESO), détient le monopole de la transmission et de la distribution. Elle peut cependant déléguer la construction et l'exploitation de réseaux isolés à des entités non étatiques.
La loi sur l'électricité permet la production privée d'électricité, sous certaines conditions. Un régime d'autorisation est applicable aux projets de plus de 500 kW, tandis que les projets de moins de 500 kW sont soumis à un régime de déclaration. Les projets hydroélectriques de plus de 1 MW sont assujettis à un régime de concession. Les contrats de PPP doivent être signés pour tous les projets situés sur des terrains appartenant à l'État. La vente d'électricité excédentaire au réseau est autorisée sous certaines conditions. La production, le transport et la distribution d'électricité pour son propre usage sont également autorisés.

La vente directe d'électricité à des tiers n'est pas autorisée, sauf dans des circonstances exceptionnelles réputées d'intérêt général.

Le Burundi compte actuellement quelques petits producteurs d’électricité qui produisent principalement pour leur propre usage, et la construction du premier projet solaire raccordé au réseau du pays par un IPP a commencé en 2020.
Génération:

La Régie de Production et de Distribution de l'Eau et de l'Électricité (REGIDESO) (Société Publique de Production et de Distribution d'Eau et d'Électricité) produit la quasi-totalité de l'électricité au Burundi (estimée à 94% de la capacité installée), avec l'Agence Burundaise de l'Électrification Rurale (ABER) et quelques centrales captives privées raccordées au réseau qui produisent le reste. REGIDESO comptait environ 100 000 clients en janvier 2020, principalement à Bujumbura.

Transmission:

L'entreprise publique nationale REGIDESO est le principal gestionnaire d'infrastructures de transport.

Distribution:

L'entreprise publique nationale REGIDESO est le principal opérateur d'infrastructures de distribution.
La Régie de Production et de Distribution de l'Eau et de l'Électricité (REGIDESO), créée en 1962, est l'entreprise publique de production et de distribution d'eau et d'électricité, intégrée verticalement. REGIDESO est également le seul acheteur d'électricité produite par IPP.

L'Agence Burundaise de l'Électrification Rurale (ABER) est responsable de la mise en œuvre et de la gestion des infrastructures d'électrification rurale, principalement des minigrids isolés.

SINELAC (Société Internationale des Pays des Grands Lacs) est une coentreprise entre le Burundi, le Rwanda et la République Démocratique du Congo pour développer et exploiter des projets internationaux. SINELAC fournit l'électricité à REGIDESO.
Le ministère de l'Hydraulique, de l'Énergie et des Mines conçoit et met en œuvre des politiques nationales en matière d'énergie, de géologie et de mines, assure la planification, la construction et la gestion des infrastructures d'eau, d'énergie et d'assainissement de base, et participe à des programmes d'échanges et de partenariats énergétiques avec des institutions régionales et internationales.
AREEN (Autorité de Régulation des Secteurs de l'Eau Potable et de l'Énergie) prend en charge les accords de concession, les normes et l'approbation des tarifs. Elle a publié le Burundi Grid Code en septembre 2019, mais le texte n'était pas disponible en ligne au moment de la rédaction de cet article.
L'Office National de la Tourbe (ONATOUR) est une société publique dont le gouvernement détient 100% des parts. Sa mission est l'exploitation de la tourbe au Burundi.

Le Centre d'Études Burundais en Energies Alternatives (CEBEA) a été créé avec une mission générale de recherche appliquée sur les énergies renouvelables.

L'Agence Burundaise de Promotion des Investissements (API) aide les investisseurs étrangers à s'établir au Burundi. Elle a publié en anglais le "Burundi Investment Guide", dans lequel elle invite à investir dans le secteur de l'énergie, en particulier les énergies renouvelables.
L'Association burundaise pour les énergies renouvelables (BUREA) est une association à but non lucratif qui promeut les énergies renouvelables, assure la promotion et le respect des normes de qualité, développe des partenariats nationaux, régionaux et internationaux et promeut un environnement commercial favorable aux énergies renouvelables.

Acteurs clés

Carte de localisation de réseaux
Transmission (OSIM)
Distribution (prévue)
Objectifs en matière d'électricité
Utilitaire/distributeur
La Régie de Production et de Distribution de l'Eau et de l'Électricité (REGIDESO), créée en 1962, est l'entreprise publique de production et de distribution d'eau et d'électricité, intégrée verticalement. REGIDESO est également le seul acheteur d'électricité produite par IPP.

L'Agence Burundaise de l'Électrification Rurale (ABER) est responsable de la mise en œuvre et de la gestion des infrastructures d'électrification rurale, principalement des minigrids isolés.

SINELAC (Société Internationale des Pays des Grands Lacs) est une coentreprise entre le Burundi, le Rwanda et la République Démocratique du Congo pour développer et exploiter des projets internationaux. SINELAC fournit l'électricité à REGIDESO.
Ministère (ministères)
Le ministère de l'Hydraulique, de l'Énergie et des Mines conçoit et met en œuvre des politiques nationales en matière d'énergie, de géologie et de mines, assure la planification, la construction et la gestion des infrastructures d'eau, d'énergie et d'assainissement de base, et participe à des programmes d'échanges et de partenariats énergétiques avec des institutions régionales et internationales.
Régulateur
AREEN (Autorité de Régulation des Secteurs de l'Eau Potable et de l'Énergie) prend en charge les accords de concession, les normes et l'approbation des tarifs. Elle a publié le Burundi Grid Code en septembre 2019, mais le texte n'était pas disponible en ligne au moment de la rédaction de cet article.
Autres
L'Office National de la Tourbe (ONATOUR) est une société publique dont le gouvernement détient 100% des parts. Sa mission est l'exploitation de la tourbe au Burundi.

Le Centre d'Études Burundais en Energies Alternatives (CEBEA) a été créé avec une mission générale de recherche appliquée sur les énergies renouvelables.

L'Agence Burundaise de Promotion des Investissements (API) aide les investisseurs étrangers à s'établir au Burundi. Elle a publié en anglais le "Burundi Investment Guide", dans lequel elle invite à investir dans le secteur de l'énergie, en particulier les énergies renouvelables.
L'Association burundaise pour les énergies renouvelables (BUREA) est une association à but non lucratif qui promeut les énergies renouvelables, assure la promotion et le respect des normes de qualité, développe des partenariats nationaux, régionaux et internationaux et promeut un environnement commercial favorable aux énergies renouvelables.

Tarifs

Composants tarifaires
Basse tension
Frais de consommation (€/ kWh):
€0.15
Frais fixes (€/mois):
Utilisation résidentielle élevée : 3,27 €
Commerciale (moyenne des IBT) : 3,97 €
Gouvernement : 5,52€
Tension moyenne
Frais de consommation (€/ kWh):
€0.12
Frais fixes (€/ kW/mois):
Standard : 6,13 € (moyenne par catégorie)
Supplément : 8,36 € (moyenne par catégorie)
Haute tension
N/A
Tarif de détail moyen par catégorie de consommation
Basse tension (c€/kWh)
LV moyen
14.7
Résidentiel (moyenne des IBT)
14.7
Commercial (moyenne des IBT)
14.5
Gouvernement
15
Tension moyenne (€c/kWh)
MV moyen
12.2
Commercial et industriel (moyenne des catégories)
12.2
Haute tension (c€/kWh)
N/A
Le tarif de détail de l'électricité fait-il l'objet d'un réexamen périodique?
Non. Le Burundi a revu ses tarifs d'électricité en 2012 et à nouveau en 2017. Ce dernier examen s'inscrivait dans le cadre d'un plan visant à réduire les pénuries d'énergie régulières en achetant de l'énergie supplémentaire à partir de sources diesel coûteuses, ce qui nécessitait un examen et une augmentation importante des tarifs par la suite.

Normes de qualité

Le Bureau Burundais de Normalisation et Contrôle de la Qualité (BBN) développe des normes de qualité, délivre des certifications et exerce un contrôle de la qualité au Burundi. Les normes au Burundi sont généralement adoptées à partir des normes de l'Organisation internationale de normalisation (ISO) ou de la Communauté de l'Afrique de l'Est (CAE).

Explorer les données

Taux d'électrification
% Taux d'électrification national
2018
% Taux d'électrification rural
2018
% Taux d'électrification urbain
2018
Puissance installée totale (MW)
2030
401
2018
82.28
Demande de pointe (MW)
2025
249
2018
87
Electricity consumption by sector (MWh), 2017
Services commerciaux et publics
N/A
Résidentiel
N/A
Industriel
N/A
Consommation d'électricité par habitant (kWh/personne)
2016
36.49
SSA average (2016)
365.6
Potentiel des ressources photovoltaïques (plage de sortie, kWh/kWp)
3.6 - 4.4
Potentiel des ressources éoliennes (plage de vitesse du vent, mètre par seconde)
2.5 - 9.5
Potentiel des ressources (petite centrale hydroélectrique) MW
0.4
Mélange d'électricité par source (% de la capacité installée)
Solaire (6.08 %)
Petite centrale hydroélectrique (58.68 %)
Biomasse (4.86 %)
Autres (30.38 %)
Prix du diesel par litre (EUROS)
Pertes techniques T&D (% de la production)
2018
25.00%
Subventions pour l'électricité et les produits pétroliers (% du PIB)
Subventions à l'électricité, 2017
Aucune donnée
N/A
Subventions aux produits pétroliers, 2017
0.00%
Le FMI rapporte 0,00 $ en milliards de dollars. Il est fort probable que le montant de la subvention au Burundi est trop faible pour être considéré à cette échelle.
Méthodologie
Apprenez à savoir comment les mémoires sur les pays ont été développée
En savoir plus
Contact
Les questions ou les commentaires sont toujours les bienvenus
info@get-invest.eu